Blogue

Sauvegardez et Évoluez

Sauvegardez et Évoluez

Pour le Groupe Thinkwell, la virtualisation est un environnement fiable et élastique.

Que ce soit pour des manèges, des expositions interactives dans un musée, ou même une aire de ski intérieur dans le désert de Dubai – tout est dans une journée de travail pour le Groupe Thinkwell, une compagnie de 70 employés implantée à Burbank en Caroline, avec des bureaux connexes à London et Portland en Oregon. Leur secteur d’activité est le divertissement basé sur l’expérience, ce qui exige des systèmes informatiques capables de supporter des technologies complexes et spécialisées et de livré une grande quantité de donnée sur demande, alors même que la compagnie grandit rapidement au court-terme ou pour de nouveaux projets.

C’est lorsqu’un de leurs serveurs est tombé en panne et que des données critiques ont étés perdues peu avant l’échéance d’un projet que Thinkwell a découvert abruptement que leur infrastructure ne répondait plus aux besoins de la compagnie. « Il n’y avait aucune façon de recréé les données perdues a temps, et il n’y avait aucune copie de sauvegarde sur un autre serveur. » explique Joe Zenas, Directeurs des Opérations. « Nous avons payé très cher pour avoir les données récupéré. Même si nous n’avons pas perdu la confiance du client, il nous a fallu apprendre une leçon à nos dépens. »

La compagnie devait prévenir la répétition d’une telle catastrophe en veillant à ce qu’une copie de sauvegarde complète et facilement récupérable soit disponible. Cependant, la compagnie avait aussi d’autres besoins importants à combler. Pour répondre aux critères de sécurité et de fiabilité, les applications et les processus qui sont la force motrice derrière les attractions de Thinkwell doivent être sûr et disponible 24/7/365 avec un minimum de maintenance.

La compagnie avait besoin d’une méthode rapide et abordable de redistribuer les ressources informatiques afin d’accommoder les échéanciers fréquents, les charges de travail variables et les pointes d’emploi temporaires. Thinkwell avait besoin de contrôler ses dépenses en recrutement et en besoin énergétique, leurs permettant d’évoluer dans une économie serrée sans affecter leur efficacité opérationnelle.

Extensibilité pour répondre aux besoins changeants

La virtualisation de leurs serveurs sur une plateforme préconfiguré a permis à Thinkwell d’adresser toutes ces questions simultanément. La compagnie a choisi des serveurs Dell PowerEdge™ 2950 avec le logiciel de virtualisation et de stockage VMware®, destiné aux petites et moyennes entreprises, mais suffisamment puissant pour répondre aux besoins de Thinkwell. Les services de virtualisation sont préinstallés et préconfigurés, simplifiant les tests et le déploiement tout en minimisant les erreurs pour une performance plus rapide et fiable.

Afin de protéger leurs données et promouvoir l’extensibilité de leurs ressources, Thinkwell a automatisé ses sauvegardes grâce à Dell et leurs produits de stockage de disque modulaire PowerVault™ MD3000i, MD1000 et DP500, permettant ainsi de les distribuer sur le réseau. Cela a permis à la compagnie de toujours avoir une copie récente et facilement accessible des données nécessaires, même dans l’éventualité d’une défaillance matérielle à un de leurs sites.

Cette nouvelle solution permet à Thinkwell d’intensifier ou de réorienter les ressources sur demande partout dans le monde, sans avoir à faire l’achat et l’installation de matériel additionnel. Les trois techniciens informatiques de la compagnie ont moins d’équipement à maintenir, et l’équipement sur place est plus fiable et efficace, en plus d’avoir le support professionnel de Dell disponible pour répondre aux problèmes et pour fournir des conseils techniques au besoin.

Un réseau « Pare-balle »

La virtualisation des serveurs a permis à Thinkwell de minimiser les interruptions de service et de livrer une expérience brillante et innovatrice en respectant l’échéancier de leur clientèle, le tout avec d’importantes économies. La compagnie a éliminé le besoin d’embaucher du personnel informatique supplémentaire et a réduit ses dépenses annuelles en achats informatiques de $50,000. De plus, la solution de Dell est d’autant plus saine pour l’environnement que les anciennes installations de Thinkwell que la compagnie réalise une économie additionnelle de $120,000 annuellement sur les frais d’électricité et de climatisation.

La virtualisation a aussi accéléré la capacité de Thinkwell d’ajouter des nouveaux employés et de lancer des nouveaux projets, ce que le Directeurs des Technologies Dennis Nieves qualifie comme étant un avantage compétitif critique. « La plupart de nos projets progressent de façon exponentielle, tout dépend de notre capacité à maintenir le rythme, » dit Nieves.

En plus de relocaliser les ressources, Thinkwell opère de façon beaucoup plus efficace. Par exemple, un client au Moyen Orient a récemment pris la décision de mettre un projet de quatre ans en suspens quelques mois seulement avant son achèvement. Avant la virtualisation, Thinkwell aurait été forcé d’investir dans du matériel informatique supplémentaire pour les nouveaux projets tandis que l’infrastructure dédiée au projet du Moyen Orient siègerait inactif. Avec un environnement virtualisé, la compagnie a été en mesure de mettre le projet en suspens et de relocaliser les ressources virtuelles sur ses autres projets. Une fois le client au Moyen Orient prêt à continuer le projet, les ressources ont été rapidement transférées afin de reprendre les travaux.

En résumé, le réseau Thinkwell est maintenant « pare-balle » avec une disponibilité de 99.9% et un système de reprise après sinistre basée sur les meilleurs pratiques des compagnies Fortune 500, dit Nieves. Ceci permet au personnel informatique de se concentrer sur des taches plus stratégiques tel le développement de nouveaux produits, de participer au nouvelles opportunités d’affaire et de faire ce qui semble de la magie pour le reste d’entre nous.

N’hésitez pas à contacter un spécialiste NEWLOGIX pour plus d’information !

Soyez le premier à commenter

Analysez avant de virtualiser

L’évaluation des serveurs et de la charge de travail est cruciale, les outils complémentaires DPACK de Dell peuvent vous aider.

Selon Christina Weil, directrice de district à Center Technologies, une firme en service informatique et partenaire Dell basée à Huston au Texas, l’évaluation de l’infrastructure nécessaire pour un environnement de stockage virtualisé dépendait, jusqu’à tout récemment, sur des prévisions de croissance difficiles à prévoir. Ceci mène parfois les clients à faire des décisions d’achat importantes basées sur des évaluations incomplètes de leurs infrastructures et de leurs exigences, dit Weil, causant ainsi une surestimation de leurs besoins.

Trouver la bonne solution pour un environnement virtuel peut s’avérer être un défi. Il est difficile de planifier une solution de stockage réseau (SAN) pour votre clientèle si cette dernière ne possède pas l’information nécessaire sur leurs ressources, l’allocation de celles-ci, et la souplesse de planifier pour les expansions futures. Les clients auront besoin de votre expertise afin de bien planifier les charges de travail lors du déplacement vers de nouvelles infrastructures virtuelles, de déploiement de SAN ou de stockage en réseau NAS.

DPACK permet d’analyse la clientèle

« Il existe plusieurs outils d’évaluations qui, de par le passé, n’estimaient pas avec précision les exigences de performances et qui donc ne permettaient pas d’agencer  besoins et solutions », dit Nicholas Rose, responsable en marketing de stockage chez Dell. Le Dell Performance Analysis Collection Kit (DPACK) est un outil complémentaire fourni par Dell, permettant aux fournisseurs en services TI de bien cibler les besoins de leurs clients. C’est une méthode sans agent permettant de générer des rapports sur les exigences de bases du système tel l’E/S du disque, la capacité et l’utilisation de la mémoire. Il permet, avant une migration ou une mise à niveau matérielle, d’avoir une meilleure vue d’ensemble sur la charge de travail et la capacité du serveur.

« Nous avons l’habitude de voir des clients planifier des achats de baies de stockage dépassant leurs besoins d’environ 50% », dit Rose. « Nous les aidons à choisir et mettre en œuvre la bonne solution basée sur leurs besoins d’entreprise et leur environnement. »  Simuler la performance d’un parc informatique une fois qu’il sera consolidé en un environnement virtuel peut être difficile. DPACK fournit une simulation intelligente permettant de bien comprendre comment l’environnement se comportera lorsqu’il utilisera des ressources partagées.

Décisions intelligentes

La Business Intelligence (BI) a gagné beaucoup de réputation grâce aux énormes avantages qu’elle amène aux départements des ventes, de marketing et du service à la clientèle. Mais les TI peuvent aussi bénéficier de la BI. DPACK est un outil informatique centrée sur la BI, offrant au département de TI les moyens nécessaires de récolter des informations pertinentes et cruciales afin de prendre la meilleure décision.

« L’outil DPACK est irrésistible, car il fournit de l’information détaillée sur les serveurs physiques et une évaluation des serveurs virtuels », dit Weil. Par exemple, DPACK fournit de l’information sur les performances des disques, leur débit, et un aperçu de l’utilisation de la mémoire, lorsqu’agrégé sur plusieurs serveurs. Selon Weil, ces informations aident souvent les clients à déterminer que leurs besoins sont beaucoup moins imposants qu’ils avaient cru au départ. Un environnement virtuel permet de mettre en commun les ressources et de permettre aux données d’avoir plein accès à toutes les ressources, ce qui se traduit en une diminution des couts initiaux.

Rapports de ressources approfondis

DPACK produit un fichier .IOKIT. Il ne suffit que d’envoyer ce fichier chez Dell afin de recevoir un de deux types de rapports personnalisés. Le premier est une agrégation évaluant  l’utilisation des ressources des différents serveurs ainsi qu’une simulation de la charge de travail si les ressources étaient consolidées. Le deuxième est un rapport approfondi  sur chacun des serveurs individuels pouvant être utilisé pour identifier les goulets d’étranglement et les points chauds, permettant ainsi leur élimination lors de la conception d’un nouveau parc informatique et avant tout achat et déploiement d’équipement. DPACK est donc un facteur important dans l’évitement des coûts, et puisqu’il est offert gratuitement, peut être utilisé régulièrement par le service de TI pour évaluer l’infrastructure en place au fur et à mesure que les besoins changent.

« DPACK aider notre clientèle à mieux comprendre leur environnement informatique et ainsi à mieux planifier le futur. » Dit Rose. « Notre but n’est pas nécessairement de vendre, mais de guider et d’éduquer sur la gestion des TI durant le processus de planification essentiel ».

N’hésitez pas à contacter un spécialiste NEWLOGIX pour plus d’information !

Soyez le premier à commenter

Pouvez-vous exploiter un serveur trop longtemps?

Une évaluation des coûts de la vie économique et de la vie mécanique.

Les entreprises vivent dans deux mondes : le monde réel  de faire des bénéfices et de servir sa clientèle, et le monde de la « comptabilité » ou les taxes, la dépréciation et la vie utile de l’équipement règnent. L’harmonisation de ces deux réalités n’est pas une chose facile, ce qui est d’autant plus vrai quand nous parlons de technologie et d’informatique. La définition de « Vie Économique » entre souvent en conflit avec la réalité des préoccupations fondées sur les équipements et sur leurs coûts du cycle de vie (CCV).  Il ne suffit que de se référer à l’étude de marché la plus récente de la CIMI Corporation et de comparer les coûts d’opération de serveur  des petites et moyennes entreprises.

De plus, la virtualisation rend le calcul des coûts d’opération plus compliqué. Une chose est certaine : remplacer les serveurs fréquemment est l’option la plus rentable, car les coûts d’opération d’un serveur vieillissant augmentent dramatiquement. Lorsque vous tenez compte que les nouvelles technologies permettent une virtualisation plus dense et une meilleure performance de votre parc informatique, les économies ce multiplient.

Quel est le coût d’un serveur?

Les entreprises accordent un budget moyen de 1500 $ pour un serveur et les solutions de stockage associées. Nous utiliserons donc un coût de base de 1600 $ à des fins d’exemples. En moyenne, la vie utile d’un serveur assigné par ces entreprises est de quatre ans, ce qui nous donne un coût des $400 par an, en assumant un amortissement linéaire. Après la quatrième année, le coût est donc de zéro, exact? En fait, c’est là que ça devient compliqué.

L’étude de la CIMI Corporation révèle que, durant cette période de quatre ans, les entreprises ont payé en moyenne 940 $ en frais de maintenance et de service, 2400 $ en frais de gestion et de support technique, et $3600 en perde de productivité pour de causes de défaillance ou de maintenance planifiée. Ceci représente un coût de 9330 $, ou 2333 $, au cours de la vie utile de ce serveur. Seulement 400 $ sont soustraits de ce coût chaque année au cours de ces quatre ans. Les économies réalisées en conservant cet équipement ne sont pas si importantes que l’on aurait cru, même une fois le coût d’achat absorbé.

En fait, les économies sont encore moins importantes que vous le pensez. La majorité des compagnies conservent leur serveur pour une durée moyenne de sept ans. Durant les trois dernières années de cette période, le coût du cycle de vie est primordial. Les coûts d’opérations des installations et d’électricité restent sensiblement les mêmes. Les frais de maintenance et de service pour cette période de trois ans étaient de 1540 $, les frais de gestion et de support technique de 2480 $, et 3920 $ en frais reliés à la perte de productivité pour cause de défaillance ou de maintenance planifiée. Ceci équivaut à un cout de la vie utile de 8533 $ pour cette période de trois ans, ou 2844 $ par année. Une augmentation de 500 $ que le CCV annuel durant les premiers quatre ans qui de plus incluaient l’amortissement relié à l’achat du serveur.

La virtualisation augmente les économies

Encore une fois, ceci ne dresse pas un portait complet de la réalité. Les nouveaux serveurs sont typiquement déployés afin de prendre pleins avantages des nouvelles technologies, nouvelles architectures ainsi que des nouveaux rapports prix/performance. Exemple : le facteur de changement numéro un dans les centres de données aujourd’hui est la virtualisation. Lorsqu’un serveur devient un parmi plusieurs dans une batterie de serveurs, la virtualisation permet de réduire les coûts davantage.

Les serveurs conçus pour la virtualisation on généralement un coût initial plus élevé qu’un serveur dédié traditionnel à cause des demandes plus importantes en terme de capacité de mémoire, d’espace de disque et de communication (environ 22%). Cependant, leur efficacité accrue réduit les couts d’opération et d’électricité par environ 27%. Même une amélioration modeste en virtualisation permet de réduire le nombre de serveurs de moitié. Ainsi, les coûts de maintenance, de gestion et de support pour ces serveurs peuvent être réduits de moitié.

Si la batterie de serveur supportant la virtualisation permet aussi le déplacement des machines virtuelles durant la maintenance, les pertes de productivités pour cause de maintenances pourraient être réduites de 70%. En prenant en compte la virtualisation, le CCV sur quatre ans serait réduit à 4375 $, ou 1094 $ par année, une réduction de 53%.

Contactez un spécialiste NEWLOGIX pour plus de détails.

2 commentaires

Contrôle parental pour employés, vraiment ?

Le vol par les employés a été nommé « le crime ayant un taux de croissance le plus élevé aux États-Unis » par le FBI. L’American Society of Employers estime que 20% de chaque dollar gagné par les compagnies américaines est perdu au vol par les employés. Selon le Ponemon Institute, le coût moyen d’une brèche de donnée pour une grande entreprise s’approche des 7 millions de dollars.

Quelles sont les solutions s’offrant à un employeur? Une option est d’engager du personnel afin de surveiller les employés.  Un meilleur choix est de se munir de logiciel de surveillance d’activité d’utilisateur. Ce logiciel enregistre toutes les actions posées par l’utilisateur sur son poste de travail, sauvegardant toute activité malveillante à des fins d’analyse et permettant de prendre les mesures appropriées.

De plus, en informant les utilisateurs que votre parc informatique utilise le logiciel chef de file dans l’industrie en matière de surveillance informatique, les activités malveillantes sont freinées à la source, avant que celles-ci ne mettent en péril la sécurité de votre compagnie.

Contactez notre département de sécurité informatique pour plus de détails.
http://www.newlogix.ca/contact/

Soyez le premier à commenter

Pourquoi la maintenance informatique?

Maintenant que vous avez configuré avec votre technicien-ressource un système informatique performant répondant parfaitement à vos besoins et que vos ordinateurs sont pleinement fonctionnels, un service de maintenance devient l’étape suivante et logique. Mensuellement et selon le forfait choisi, Newlogix peut effectuer des tâches spécifiques assurant le bon fonctionnement de vos serveurs et postes.

La maintenance du serveur touche la mise à jour des pilotes, la vérification des sauvegardes et des antivirus, la vérification de l’observateur d’événements et l’entretien des disques. Les tâches de maintenance des postes sont notamment la mise à jour des applications, la désinstallation des logiciels inutiles ou non approuvés et les suivis de garantie.  Fidèle à sa philosophie de transparence, Newlogix fournira mensuellement des rapports détaillés et une explication des résultats vous sera proposée.

Le forfait de base prévoit quatre heures de travail par mois, le forfait standard, trente minutes par poste de travail et le forfait avancé, une facturation à l’heure. Votre technicien-ressource est à votre disposition pour répondre à vos questions, vous recommander le forfait le plus adapté à votre entreprise et vous fournir la grille des tâches à accomplir.

Le service de maintenance de Newlogix est une protection de votre investissement.

Soyez le premier à commenter

Le top 5 des raisons d’aimer Windows Server 8

Gestionnaire de Serveur

L’interface utilisateur du nouveau gestionnaire de serveur a été conçue comme un guichet unique où les professionnels de l’informatique peuvent gérer plusieurs machines à partir d’une seule interface. Le panneau de bord simplifie les regroupements de serveurs basés sur leurs rôles, par exemple, Web, SQL et les serveurs de fichiers. Ces derniers peuvent être gérés, entretenus et dépanner au sein de leurs catégories à partir d’une seule et même interface, éliminant ainsi le besoin de se connecter à chacun des serveurs individuellement.

Hyper-V v.3

Hyper-V est  le serveur de virtualisation de Microsoft, faisant compétition avec les solutions de VMWare et Citrix. Microsoft a vraiment apporté la technologie Hyper-V à un niveau offrant aux parcs informatiques, grands et petits confondus, une option complète pour la mise en œuvre d’une infrastructure virtuelle. Hyper-V offre maintenant des caractéristiques telles la migration en direct sur le réseau, la migration de stockage directe, de réseautage virtuel et de HBA virtuel.

Server Core

Server Core est maintenant le modèle de déploiement préféré de Microsoft pour Windows Server 8. Server Core vous permet de maximiser le potentiel de votre serveur en n’installant pas les composantes superflues, telle l’interface graphique de Windows, diminuant ainsi les ressources requises pour l’exécution de Windows. Avec Windows Server 8 il est maintenant possible de basculer entre une installation Server Core et une installation complète facilement, et ce en installant ou en désinstallant certains composants. Plus besoin de complètement réinstaller le serveur pour faire la transition.

Failover DHCP

Le serveur DHCP, ou Dynamic Host Configuration Protocol, est-ce qui permet aux ordinateurs sur un réseau de se connecter au réseau local et/ou à internet, et ce avec un minimum d’effort de la part du technicien. Auparavant, la perte du serveur DHCP occasionnerait une perde de connectivité réseau. Il est maintenant possible d’avoir plusieurs serveurs DHCP en mode « failover », permettant ainsi à un serveur secondaire en mode actif-passif ou actif actif de prendre la relève si le serveur primaire cesse de répondre.

PowerShell 3.0

PowerShell est tellement intégré dans Windows Server 8 que les pros de l’informatique n’auront pas d’excuse pour ne pas l’apprendre. Les utilitaires Windows utilisés pour gérer les services tels que la virtualisation, stockage, réseau et Web sont construits sur PowerShell 3.0. Avec plus de 2300 applets, la création de scripts pour les tâches et les opérations est encore plus diverse qu’auparavant. Une amélioration de la fonctionnalité IntelliSense rendra également plus facile l’apprentissage pour ceux qui sont nouveaux à cette interface de ligne de commande.

CHKDSK (CheckDisk)

Le logiciel de vérification de disque CHKDSK a finalement été mis à jour. Il ne sera plus nécessaire d’avoir des temps d’arrêt de 24 heures pour  que le système complète la procédure de vérification de disque sur le serveur. CHKDSK peut maintenant opérer en deux étapes. En premier lieu, le système de fichier est examiné pendant que le système continue son exécution normale. Une fois terminé le système de fichier est démonté et une réparation sera effectuée que sur les éléments qui ont été détectés lors de la première étape seulement. Ceci permettra corriger les erreurs de système de fichier en quelques secondes, et ce sans redémarrage requis dans la majorité des cas.

Ce ne sont que quelques-uns des centaines de changements qui sont prévus pour Windows Server 8.

Soyez le premier à commenter